Voyage au Japon : se régaler en goutant aux plats préférés des Japonais

La cuisine japonaise est réputée pour être l’une des plus fines au monde. Très variée, elle propose un grand nombre de plats majoritairement à base de pâtes, de poisson cru, de viandes, de légumes et aussi de riz. Elle est considérée comme une cuisine saine notamment grâce à l’utilisation de produits frais. D’ailleurs, les Japonais sont fiers de la richesse de leur gastronomie. Voici donc les plats préférés des Japonais.

Le sukiyaki, une fondue à déguster lors d’une escapade au Japon

Dans les traditions culinaires du Japon, il n’existait pas de coutume de consommation de viande de mammifère, particulièrement pendant l’ère Edo. C’était en 1859 que cette nouvelle coutume fit apparition, depuis l’ouverture du port de Yokohoma. Le Sukiyaki est l’une des premières manifestations pour la consommation de viande de bœuf.

Ce plat comprend des tranches minces de viande de bœuf, qui ont été grillées et cuites dans une marmite à fond plat. Il s’accompagne d’oignons, de champignons appelés shiitake, de chrysanthèmes comestibles ou shungiku, et de fromage de soja. Il y a même une chanson qui parle de ce plat, intitulée « Sukiyaki » interprétée par le chanteur et acteur japonais Kyû Sakamoto. C’est également ce qui fait la réputation du plat auprès des Japonais et du reste du monde. Vous constaterez durant un voyage au Japon que ce plat est l’un des plats les plus consommés des Japonais dans les restaurants.

sukiyaki

Le Tonkatsu, le porc pané à la japonaise

Créé dans les années 30, ce plat est devenu l’un des plats les plus populaires au Japon. Il y a une tradition nippone qui incite les étudiants à en manger avant un examen. Cela est dû en raison d’un jeu de mots avec le verbe japonais « katsu » qui veut dire gagner ou réussir. Le mot « ton » signifie porc et « katsu » est une abréviation de l’anglais « cutlet » qui veut dire « escalope » en français.

Il s’agit d’un plat traditionnel japonais à base de viande de porc pané. Il est souvent accompagné de chou émincé et de karashi. Ce dernier est un type de moutarde utilisé comme condiment principal dans la gastronomie japonaise et coréenne. Ce plat est servi avec du riz et une soupe miso qui est une pâte de haricots de soja fermentée et salée. On appelle ce plat « katsudon » lorsqu’il est servi dans un bol de riz avec de la sauce de soja, à laquelle on mélange des légumes et des œufs battus.

Tonkatsu

 

Le kabayaki, des brochettes d’anguilles

Le kabayaki est un mets à base d’anguille et est très apprécié dans la cuisine nippone. C’est une spécialité est associée à la ville de Hamamatsu. Cet ingrédient est l’un des plus consommés dans l’archipel nippon avec près de 110 000 tonnes par an. L’élevage de l’anguille a commencé dans la rivière Fukugawa à Tokyo en 1879. Puis, dans un étang artificiel dans la ville de Kosai, et ensuite, dans celle de Hamamatsu. Aujourd’hui, cette cité de la préfecture de Shizuoka est d’ailleurs célèbre pour ses plats d’anguilles.

L’une des manières habituelles pour préparer l’unagi est le kabayaki. Ce plat typique du Japon consiste à mettre les anguilles en brochette. Ensuite, elles sont grillées au feu de bois en les arrosant d’une sauce composée de bouillon d’anguille. Le bouillon est préparé avec la tête et les arêtes de l’anguille, du saké, de la sauce soja et du sucre. Ce plat est, en général, servi avec un bol de riz appelé « unadon », qui est une contraction des mots « unagi » (anguille) et « donburi » (bol).