Comment déguster un rhum ?

Le rhum est un alcool raffiné et précieux.Déguster cette eau-de vie originaire des Amériques doit se faire dans les règles de l’art, sous peine de gâcher son goût. Ce plaisir simple et convivial peut se faire en toute quiétude, si l’on suit ces quelques conseils qui suivent.

La phase préparatoire

L’idée de goûter un rhum à la fois pour mieux savourer son goût est un mythe. Bien des amateurs croient que cette pratique les éviterait de s’enivrer. Cependant, les experts conseillent de déguster au moins deux rhums côte à côte afin de comprendre ce nectar et ses subtilités. Les arômes et les sensations ont souvent tendance à n’apparaître que par contraste. Par exemple, on peut à la fois goûter un rhum de Martinique et un autre rhum blanc agricole.

Lorsqu’on s’engage dans cette voie, il est toutefois conseillé de faire un minimum de préparation pour rendre l’expérience plus enrichissante. Voici quelques types de dégustations qui pourraient vous aider :

  • La dégustation découverte : qui consiste à essayer toute une série de rhums aux origines et caractères différents.
  • La dégustation horizontale : demandant de comparer des rhums de la même tradition et du même âge.
  • La dégustation verticale : consistant à déguster les rhums d’une même distillerie. Vous pouvez commencer par le blanc, jusqu’au plus vieux.

Ces trois types sont les plus courants, mais rien ne vous empêche d’entamer votre dégustation par pays d’origine, par tradition, ou par style. Cet art flexible où même ceux qui pensent ne pas pouvoir distinguer le goût peuvent vite s’y perdre.

La phase de dégustation

Chacun est libre de déguster son rhum à sa guise. Cependant, pour que l’opération de dégustation ne se finisse pas en une partie de beuverie, savoir jouer du bon dosage, selon le degré d’alcool contenu dans le rhum, est indispensable. Il suffit de 3cL de rhum à 40%. Pour ceux avec un degré très élevé, 2cL voire quelques gouttes suffisent.

Pour mieux apprécier le contenu, éviter de chauffer le verre au creux de la main. Le rhum pourrait se voir ainsi brusqué et risque d’exhaler des notes d’alcool à outrance. De même que si vous faites tournoyer le liquide. L’odeur de l’alcool va s’accentuer, en bouleversant au passage le profil aromatique de ce précieux nectar. Le rhum est à servir à température ambiante.

En une gorgée vous devez ressentir de belles notes végétales pour les rhums blancs, et de notes boisées agréables pour les rhums vieux. Ces états peuvent servir d’indicateur dans l’authenticité du rhum. Si la note de bois est bien distincte, c’est que votre rhum a bien vieilli dans un fût. Si, au contraire, le goût du caramel domine, il s’agit d’un rhum fortement coloré.

Pour ceux qui souhaitent faire des dégustations multiples ou prolongées, penser à boire un verre d’eau entre chaque verre. Les sens s’émoussent, tandis que le nez et le palais saturent sous l’effet de l’alcool. L’eau va diluer l’éthanol dans votre corps et va, en même temps, vous hydrater. Ces astuces sont incontournables lorsqu’on souhaite prendre plaisir à la dégustation.